World Wide Food

kitchen-on-the-run-marseille

Kitchen on the Run débarque à Marseille. Seule ville française à accueillir ce joli projet allemand de world wide food où réfugiés et européens cuisinent et mangent ensemble. Entre tous, un seul langage: la cuisine. United colors of marmitons!

Quand les chefs étaient libres

la-revolution-des-chefs-film-chatenier

La Révolution des chefs, montrée mardi soir à F2, est celle d’une génération aujourd’hui finissante qui fit pourtant toute la cuisine montante actuelle. Des Bocuse, Troisgros, Guérard, Chapel, mythes fondateurs de la gastronomie française contemporaine qui ont formé des Gagnaires, Ducasse et autres Savoy. Extrait.

Marseille : où sont les chefs?

©PG

Partis, malades, virés, fatigués, gais, c’est le why chez les chefs marseillais. petit tour d’horizon du mercato de printemps. Comme on est à Marseille, il n’y a pas des millions sur la table mais des chefs en mouvement qui fouettent, créent et cuisinent. Qui a vu Pierre Gianetti? Personne! Depuis son départ du Grain de Sel, Pierre désormais remis sur pieds, officie avec vue sur mer, dans l’une des plus belles cuisines de la ville, voire de France: au Peron. Chef de brigade, il tente une reconversion en douceur pour cet établissement de la corniche. De sorte que l’on puisse enfin s’y mettre à table en toute confiance. On compte sur lui. Perrodin romain? Emmanuel Perrodin en totale liberté depuis qu’il a quitté les cuisines de la Résidence. On l’a croisé sur pas mal d’événements culinaro-culturels ces derniers temps, dont le dîner chez la baronne de Mars en baroque. Et

Jim Harrison : eat and die

jim-harrison

« Je considère ma passion pour la gastronomie et les bons vins comme une quête obstinée de l’authenticité, et je me prends pour un voyageur, un explorateur, un aventurier découvrant ces activités banales auxquelles nous nous livrons tous les jours : manger et boire ». Rip Jim Harrison

St Valentin: les pièges à éviter

saint-valentin-champagne

Mauvais champagne rose, bad trips au restau, tarifs exponentiels, la St Valentin, c’est pas l’amour vraiment commerçant. Evitez les mauvais plans, restez chez vous, aimez-vous les uns sur les autres et sirotez Vouette & Sorbée.

Akrame : « il faut vivre »

akrame-benalall

« A être trop parfait, toujours au taquet, parfait, à un moment tu pètes un plomb ». Sa perte d’une étoile, Akrame il s’en fout! Il pense plus à la disparition de son ami Benoit Violier qu’au Michelin et au life power qui l’emmène vers tous ses nouveaux projets. ITW!

Couillon-Bourdas à Marseille

Pop-Up-Med-Couillon-Bordas-Marseille

Pour le Pop Up Med 3, Alexandre Bourdas et Alexandre Couillon descendent nous voir le 8 février pour un 5 plats à 4 mains exceptionnel : premier dîner extérieur pour Bourdas qui vient de fermer son SaQuaNa. Alexandre Couillon délaisse pour Marseille sa Marine…La Manche et l’Atlantique conviés sur la Côte Bleue!

Acide Coke

coke-acide-phosphorique

Quand on a une copine qui travaille dans l’industrie chimique, on apprend que nos journées sont bourrées de tous ces sympathiques produits chimiques. A commencer par le Coca du goûter du mercredi. La preuve…

Adieu pepsi Bowie

Il avait aussi fait des grosses daubes

Tags : ,

Mazzia a la bougeotte

alexandre-mazzia-carte

La bonne nouvelle ? Même pas 2 ans après l’ouverture d’AM, Alexandre Mazzia ouvre sa 2è adresse : un compressage entre rôtisserie, bar à tapas et brasserie, pour manger un foie gras au jasmin à toute heure du mercredi au dimanche ou acheter de bons légumes de son super producteur de St Cyr, Jean Baptiste Anfosso. Et comme il y a aussi une 2è bonne nouvelle: Alexandre Mazzia​ ouvre une résidence de chefs. 15 des plus grands du moment invités à venir cogiter aux fourneaux pendant 48h. Première le 6 février avec David Toutain! Le principe : un menu unique en 6 plats, 3 pour l’invité, 3 pour Mazzia, les dimanche & lundi, jours de fermeture d’AM. Les gars (aucune fille dans le casting …) planchent sur une thématique, une matière, une couleur unique. Du vrai cook storming autour de « l’écume ou le sable ou la transparence… Ce qui m’anime