Le coup de coeur Pulperia

pulperia

La Pulperia c’est l’adresse qui a fait le buzz cette année. Dans la toute petite rue Richard Lenoir (et non le bv…) que j’ai pris des années durant, un restau de poche en couloir avec la cuisine vitrée en fond de salle, un cuistot sud américain – Fernando- qui garde un oeil sur son monde et un service bien pêchu, efficace, souriant juste ce qu’il faut et sans concession. L’assiette leur ressemble. Croquetas et ceviche, bavette à la braise ou bacalao, dulce de batata ou crème brûlée…. Tout est cru ou mené à la plancha, cuissons minutes saisissantes qui rendent aux animaux toute leur brutalité; ca croustille, ca fond, c’est doux, amer, confit. Un menu du midi (17€) défiant la concurrence des Septime, Rino , Gazzetta et autres voisins qui se démultiplient. Le chef sort de ses fourneaux pour vous conseiller de très bons vins aux noms intrigants – Amateüs

Mary Celeste : cocktails & huîtres

Et de 3: après Glass et la Candelaria, Carina ouvre jeudi sa 3è adresse. Mary Celeste n’a pas que le nom de charmant: charming place, nice huitres et very good cocktails signés Carlos Madriz, l’ex parfait barman du bar de l’Hôtel. Pas la peine de chercher de food pairing, boissons et bouchées ne marchent pas (forcément) ensemble. La cuisine de poupée du sous sol coachée par Haan Palcu-Chang – passé par les cuisines du Verre Volé -  envoie des tapas kimchi, boeuf séché et autres topinambour marinés.Et des plateaux d’huîtres brutes ou apprêtées, ultra selectionnées. Du coup la carte comporte des bulles bien repérées, des rouges & blancs bien sentis et des drinks bien shakés. L’Oliver’s twist à la brooklyn lager pour commencer avec un bon coup de fouet piment et mousse. Rain Dog (bourbon, sirop de capillaire, menthe, citron) pour entrer dans le sérieux bien équilibré. Masala Cow (rhum

Pirouette, chouette dînette

Pirouette a reçu hier le prix Lebey de la meilleure nouveauté 2013. Non pas que le vieux Lebey soit ma référence, mais c’est un signe du temps. Depuis son ouverture l’été dernier, Pirouette fait sa food star. Ici, là ou là .Faut dire que le CV envoie du lourd: Taillevent, Meurice, Boulud à New York pour le chef cambodgien, Tommy Gousset…Après quelques mois laissés à l’exerice, je confirme! Service tout sourire et assiettes bien construites. Pirouette est non seulement ultra bien placé dans ce désert gastronomique des Halles. Mais en plus carrément bien situé sur sa petite place avec grandes baies vitrées qui promettent de belles soirées d’été. Et surtout, Pirouette a une jolie carte de 8 plats et 5 desserts qui donnent quasi tous envie d’être goutés. Alors on fait tourner les assiettes. Alouette sans tête obligatoire pour la néo marseillaise que je suis. Un poil gras mais revue

Se mettre à l’Abri : oui oui oui

Accrochez vous à votre téléphone : l’Abri est tellement l’adresse du moment que c’est chaud chaud pour avoir un des 18 couverts servis midi et soir. Katsuaki Okiyama (passé par Robuchon, Taillevent et l’Agapé) officie entre Japonais à comptoir ouvert, légèrement débordé par son succès. Une très jolie cuisine franco japonaise qui me fait bien penser à celle de Eiji Doihara au Sot l’y laisse, plus mini miam que dans le 12è, mais aussi bien maitrisée. Deux mini entrées (toute petite bonite crue snackée éclair à la plancha, fleurs de capucine/Calamars, girolles en purée ), plat (boeuf choux violet grillé), dessert (superbe tartelette chocolat), 22€! Léger problème d’aération mais qui dit mieux en ce moment sur Paris, surtout ouvert le lundi? Abri || 01 83 97 00 00 | M  : 22€. 38,5€

Le Sot l’y laisse: un Japonais à Paris

Lundi dernier, mon TTBM a dit: « chérie, fais ta valise, seul le Sot l’y Laisse. Simon Says!« … Ah si le pape a dit, alors je trace de Marseille à Paris: ce soir, on va sans doute bien manger. Je ne suis pas toujours d’accord avec les visions de François Simon, mais là il parait qu’il en a fait des tonnes sur Direct 8 sur le Sot l’y laisse, l’ adresse du moment à ne pas louper. (Normal, Japonais en cuisine…!). Et puis, va trouver un restau à Paris le lundi, jour de désert gastronomique….  Ca fait quand même deux très bons points pour cette nouvelle adresse. Simon Says, So food so good goes! En fait c’est rarement le cas, mais là, j’ai super bien fait de les écouter les deux hommes! Le Sot l’y laisse, c’est le petit repère d’ Eiji Doihara, un japonais formé à la cuisine française chez

Le Passage, chouette c’est lundi

Chaque fois que l’on me demande une adresse dans le 11è, je renvoie au Passage (celui de la Bonne Graine). Surtout le lundi car c’est une des rares tables du quartier qui s’est rapellée qu’on avait aussi faim les lendemains de week end. Le Passage, c’est donc la cuisine qui fait du bien aux lundis !!! Perdu dans son arrière cour, coincé entre Rino, Septime et la Gazetta, Lacopo Chomel (mix franco italien)  tient pourtant ces vedettes sans problème. Plus canaille, moins perso que ses confrères mais un menu du midi qui bat toutes les têtes d’affiche. Et plus j’y retourne, plus je trouve que ce bistrot un peu sombre s’améliore. Avec de plus en plus de raffinement et d’originalité dans l’assiette. Les gnocchis à la sauge sont devenus un des classiques de ce chef qui opère quasi seul dans une cuisine de Playmo. Et quand ils ne sont pas

Tags : , ,

Le Garde Temps: vite !

J‘ai découvert le Garde Temps au milieu d’une grande tablée de bouffe et de design: les 2 équipes du shooting de Design sur un Plateau et de la raclette contemporaine (ça c’est pour novembre, je vous en reparle) réunies par moi même le temps d’un dej. L’avantage de faire du go between, c’est aussi qu’on peut découvrir l’ensemble de la carte d’un restau neuf. On fait passer les assiettes, on se refile les entrées et on partage les desserts. D’ailleurs, la designer Julie Rothhahn m’en veut encore de l’avoir privée du gros verre de mousse au chocolat surmontée d’une énorme chantilly. Devant la soupe aux fruits exotiques, j’ai eu droit à la soupe à la grimace d’une vraie gourmande à qui on fait le coup de la ligne. Promis Julie, je recommencerai plus… Avant ça, on a quand même pris le menu dans l’ordre: 4 entrées, 4 plats, et pareil

L’été au Mini Palais

On a  connu l’hiver au Mini Palais. Voilà la version été au Mini Palais. C’est bel et bien parti pour la courses aux plus belles terrasses. Et pour l’instant je n’ai pas trouvé mieux que celle du Mini Palais:  avec vue, verte, historique, chic et comme en plus on y mange bien, elle a tout pour plaire. Et jusqu’au 23 juin,on a au Mini Palais une vue absolument unique Monumenta. Si si regardez, Anish Kapoor se planque derrière le bar. Donc 1/ c’est au Mini Palais qu’il faut aller déjeuner avant ou après Monumenta. 2/. C’est ouvert le lundi. 3/ c’est au Mini Palais qu’il faut aller prendre une coupette dès 18h (bar à champagne tous les soirs de la semaine de 18h à minuit). 4/ c’est au Mini Palais qu’on peut aller déjeuner toute la journée (Sardines millésimées servies avec un beurre aux algues Bordier, Vitello Tonnato, Tartare de

ya tout chez G Detou

Chez G Detou, c’est simple il y a tout! G Detou c’est depuis des lustres la caverne d’Alibababa des accros de la cuisine, des bricoleurs des fourneaux, des testeurs de fours, des grands amateurs de casserole, des fans du feu, des accros gourmands et des remplisseurs de frigos. C’est simple, chez G Detou, ya tout! Une valeur sûre à visiter même quand on n’a rien à acheter. G Detou || 58 rue Tiquetonne 75002 | 01 42 36 54 67 | Lun.sam | 8h30.18h30

Tags :

Pink Flamingo : pizza pas comme les autres

La pizzéria Pink Flamingo, je ne sais pas pourquoi elle s’appelle comme ça mais c’est sans doute justement parce que « c’est la pizza pas comme les autres ». Parce qu’ici les pizzas c’est pas des romaines ou des 4 fromages, c’est des Basquiat (gorgonzola, jambon, figue) Marcello (roquette, copeaux de parmesan), Che, Ho Chi Minh (gambas & cacahuètes) ou Cantona. Ensuite parce que la pâte est fine et le lieu tout petit. Et puis aussi parce que c’est la seule pizza que l’on boit avec du Cacolac! ou d’autres drôles de boissons dont on se sert dans le frigo  (La Pink Bière « pas comme les autres » bien sûr, mais aussi du joozi ou du champ Pop). Ensuite  parce qu’elle livre à vélo. Et enfin, parce qu’on choisit sur le site en écoutant du crooner ou du rock punk. Moi j’ai essayé la Pink Marais mais des Pink Flamingo y’en a un